NOUVELLE ANNÉE, MÊMES VIEILLES INQUIÉTUDES FINANCIÈRES?

Drawing of person lifting weights
Illustration de Kendra Yee

Écrit par Frankie Barnet 

Le Nouvel An est synonyme de soirées ennuyantes, des décomptes malaisants et de ce sentiment de renouveau qu’on ne peut s’empêcher de ressentir, ne serait-ce qu’un tout petit peu. Même si tout ce qui vous attend après minuit c’est quatre autres longs mois d’hiver, il est difficile de ne pas ressentir de fébrilité à l’idée que 2023 sera l’année où vous passerez le barreau, où vous prendrez la résolution de vous lever tôt ou encore où vous déciderez enfin d’apprendre à danser la claquette (je ne suis pas là pour vous juger!). 

Une étude démontre que la santé et les finances personnelles font partie des plus grandes priorités aux yeux des Canadiens1. Plus précisément, des objectifs comme « épargner davantage » ou « rembourser ses dettes »2 font partie de cette catégorie. Malheureusement, si vous êtes comme moi, une résolution du Nouvel An ne fera que vous décourager complètement et réduire vos chances d’atteindre votre objectif. Tous ceux qui ont déjà dû faire la file pour utiliser un escalier d’entraînement au gym en janvier, mais fréquentaient un endroit désert rendu en mars savent de quoi je parle. Bien souvent, je songe à prendre la résolution de me divorcer, de faire faillite ou de me blesser dans un accident pour essayer de faire en sorte que ces événements n’arrivent jamais. C’est un genre de méthode de protection psychique (et douteuse) fondée sur la psychologie inversée, si on veut.

Pourquoi ne pas essayer une méthode du genre, mais un peu moins intense?

Voici trois résolutions du Nouvel An que nous vous permettons d’oublier complètement d’ici la fin du mois de janvier, ou même avant. 

1. AYEZ PEUR DU PLASTIQUE

Je le sais bien, certains d’entre nous ont une relation complexe avec les cartes de crédit. Dans la plupart des films et des émissions, ces faux amis en plastique vous incitent à dépenser de l’argent que vous n’avez pas. Bien sûr, il y a une part de vérité dans cette affirmation, mais ce n’est pas tout. En réalité, les cartes de crédit peuvent se révéler bien utiles lorsque vous avez besoin d’effectuer un achat important, comme une voiture ou une maison. Pourvu que vous ayez l’argent dont vous avez besoin pour payer votre épicerie, votre essence et vos cours de claquette, il est tout à fait logique de payer ces dépenses à l’aide de votre carte de crédit.  Même si vous n’envisagez pas de faire un achat important dans un avenir proche, commencer à bâtir votre crédit dès aujourd’hui est l’une des façons les plus simples de développer une assise financière solide.

2. ÉPARGNEZ, ÉPARGNEZ ET ÉPARGNEZ

Épargner, c’est un peu comme s’entraîner ou manger sainement. Dès que le 1er janvier arrive, vous vous rendez au gym cinq fois par semaine et mangez tous les jours une salade de kale. Mais que se passe-t-il au mois de février? Nous connaissons tous la réponse. Voici l’équivalent financier de cette situation : vous mangez des ramens toutes la semaine, refusez les invitations de vos amis et portez des bottes d’hiver de seconde main qui sont deux pointures trop petites et dont les semelles sont trouées dans le but d’épargner le plus d’argent possible le plus rapidement possible. Des plans aussi stricts ne sont pas viables à long terme. Tout comme un régime-choc ou un horaire d’entraînement strict, ils mènent souvent à un abandon complet de votre objectif d’origine, en plus de créer des liens entre l’argent, le stress et l’estime de soi qu’il peut être difficile de défaire par la suite. 

3. FERMEZ LES YEUX ET ESPÉREZ QUE TOUT IRA POUR LE MIEUX

L’argent entraîne toutes sortes de réactions chez les gens, alors il peut être facile d’imaginer que moins on y pense, mieux on se portera. Personne n’essaiera de vous faire croire que vos épisodes d’insomnie passés à vous angoisser en pensant à votre loyer sont en réalité bénéfiques pour vous, mais se convaincre que ce qui est hors de vue est vite oublié n’est pas non plus la solution. Pour plusieurs d’entre nous, le problème ne provient pas du fait que nous pensons trop ou ne pensons pas assez à l’argent, mais bien de la façon dont nous y pensons. Peut-être que votre situation financière actuelle n’est pas celle que vous auriez espérée. C’est possible. Mais ignorer ce sujet parce qu’il vous met mal à l’aise ne vous rendra pas service. Soyez honnête à propos de vos désirs et des mesures que vous pouvez prendre pour les combler. Bien sûr, chaque situation est unique. Mais, parfois, les solutions sont si simples qu’elles pourraient nous aider à nous endormir plutôt que de nous tenir éveillés.

Si on en croit les statistiques, vous pourriez bien échouer à respecter vos résolutions du Nouvel An. Alors, pourquoi ne pas les déjouer en décidant déjà d’oublier ces trois résolutions? Après tout, vous avez sans doute travaillé fort cette année et pouvez être fier de ce que vous avez accompli. Tout semble indiquer que 2023 sera une année encore meilleure. Mais cela ne signifie pas qu’il faut être parfait en tout temps. En fin de compte, se débarrasser d’une mauvaise habitude peut s’avérer tout aussi important que d’en adopter une nouvelle. Commencez donc la nouvelle année en mettant la barre un peu moins haute. Je vous mets au défi d’oublier ces résolutions. 

Nous pouvons vous aider.

Les objectifs sont une partie importante de la planification financière, et même la plus importante. Les résolutions, elles, ne le sont pas vraiment. Un planificateur financier peut vous aider à définir vos objectifs et à élaborer un plan personnalisé qui vous aidera à les atteindre. Et puisque nous sommes un organisme sans but lucratif, nous offrons ce service au prix le plus bas qui soit, c’est-à-dire gratuitement. 

Réservez dès maintenant une rencontre de planification financière de 30 minutes

 


Frankie Barnet est une écrivaine vivant à Montréal. Son nouveau livre « Kim: A Novel Idea» est publié par Metatron Press.

Source : 1. YouGov.com : « The most popular resolutions among Canadians », janvier 2020. 2. IPSOS : « Finances, forecasts and fireworks: Four in Ten (41%) of Canadians are hailing in the new year with a resolution about their financial wellbeing », décembre 2021.

21 décembre 2022