Quand vos finances font bouh!

Famille déguisée en fantômes

 Écrit par Andréa Pelletier

Plus jeune, on craint les monstres. Ceux qui se cachent sous notre lit, dans un coin sombre du sous-sol ou encore ceux dissimulés derrière les portes de notre garde-robe. Une fois adulte, ces peurs se dissipent tranquillement pour laisser place à d’autres peurs, tout aussi effrayantes : la peur du prix de l’épicerie, la peur de ne pas joindre les deux bouts à la fin du mois, la peur de manquer d’argent. Contrairement aux monstres, les peurs liées à l’argent et les émotions qu’elles font jaillir en nous sont belles et bien réelles. Et il est primordial, de temps à autre, de prendre son courage à deux mains pour les affronter.

Nous vous proposons donc un exorcisme financier pour vous délivrer de vos angoisses liées à l’argent. Une revue des peurs les plus fréquentes chez les Québécois et Québécoises et nos conseils pour les surmonter.

NÉ POUR UN P’TIT PAIN : LA PEUR DE DEVENIR PAUVRE OU DE LE RESTER

Au troisième rang des plus grandes peurs des Québécois, à 21 %, celle de ne plus avoir d’argent1. Ce n’est pas pour rien que la moitié de la population craint de devenir pauvre2. Plusieurs s’inquiètent de ne pas y arriver lorsqu’arrivent les factures à la fin du mois. Sans plan, payer ses comptes devient de l’improvisation. On y va au jour le jour et lorsqu’on est à sec, on met sur crédit. Mais cette façon de faire ne fait qu’amplifier le problème et le remettre à plus tard. 

Conseil - Bien que la plupart des gens se soucient de leurs finances, « Seuls 45 % des Québécois disposent d’un plan financier récent »3. Faites un plan. Évaluez d’abord ce qui vous cause le plus d’angoisse au quotidien. Dépensez-vous trop dans les restaurants? Avez-vous des dettes d’études? Utilisez-vous votre carte de crédit à bon escient? En établissant une planification financière réaliste et adaptée selon vos objectifs financiers avec votre conseiller financier, vous éviterez des mauvaises surprises à la fin du mois.

AVOIR LA COTE, UN PRÉREQUIS?

La cote de crédit est une source de stress pour beaucoup d’entre nous. On sent particulièrement la pression d’avoir une bonne cote lorsque vient le temps de louer un appartement, d’acheter une maison, une voiture ou d’obtenir un prêt. On veut la note parfaite, celle qui nous ouvrira toutes les portes. Mais la réalité est que, bien que la cote de crédit soit importante, il n’est pas nécessaire de viser un sans-faute. Saviez-vous que, de manière générale, « […] les cotes de crédit supérieures à 680 sont considérées comme étant bonnes […] »4

Conseil – Il existe différentes stratégies pour rehausser votre cote mais l’une des plus importantes, qui est malheureusement moins bien comprise de plusieurs détenteurs de cartes de crédit, est de payer le solde de ses factures à temps. Et  « à temps » ne veut pas dire à la date limite de paiement, puisque celle-ci est considérée comme un retard. Planifiez-vous plutôt un rappel quelques jours avant l’échéance de votre relevé. N’hésitez pas à demander à votre conseiller de vous aider à mettre en place différentes stratégies qui seront adaptées à votre situation. 

L’EFFRAYANTE SAISON DES IMPÔTS

Chaque année, quand la neige commence à fondre, que les cabanes à sucre réouvrent et que le printemps se pointe le bout du nez, les Québécois n’ont qu’une chose en tête : les impôts. La peur de produire une déclaration erronée, la peur de dépasser la date limite ou tout simplement la peur du montant dû font partie des préoccupations de bon nombre d’individus. L’année dernière, cette attitude par rapport aux déclarations de revenus a été amplifiée avec les prestations d’urgence reçues par le gouvernement durant la pandémie. En effet, on a remarqué que pour l’année fiscale de 2021 « près de la moitié des résidents du Québec (45 %) ont peur de devoir de l’argent au gouvernement et près du tiers (28 %) ignorent s’ils devront payer des impôts ou s’ils recevront un remboursement cette année »5.

Conseil - Pour éviter de se donner des maux de tête durant la saison des impôts, il est important que nos papiers soient en ordre et de commencer à se préparer plus tôt dans l’année. Pour éviter les erreurs, embaucher un expert pour produire votre déclaration de revenus est la solution tout indiquée. Sachez qu’il vous est également possible d’obtenir des réponses à vos questions fiscales auprès de votre planificateur financier de la Financière des avocates et avocats.

LIBERTÉ 55, UN RÊVE QUI N’EN EST PLUS UN

Dans les années 80, au Québec, un coup de publicité bien orchestré laissait miroiter la possibilité pour les Québécois d’un jour pouvoir prendre leur retraite à 55 ans en faisant les bons investissements. Nul besoin de dire que ce rêve s’est rapidement envolé en poussière, particulièrement pour les plus jeunes. Aujourd’hui, les Québécoises et Québécois peuvent espérer prendre leur retraite à 65 ans. Mais toujours faut-il avoir les fonds nécessaires pour le faire. Plusieurs ignorent quand ils pourront prendre leur retraite, le montant qu’il leur faudra et s’ils réussiront à l’atteindre.

Conseil - Pour éviter d’arriver à la ligne d’arrivée sans les moyens nécessaires pour en profiter, la meilleure façon est d’établir une planification financière solide qui tient compte de vos objectifs de retraite. Plus vous commencez tôt, mieux c’est.

La Financière des avocates et avocats est là pour vous aider.

Avoir peur de parler « argent », c’est normal. Les finances peuvent être terrifiantes. Mais elles le sont moins lorsque nous sommes bien accompagnés. Peu importe la source de vos angoisses, discuter avec l’un de nos conseillers pourrait vous éviter bien des désagréments. N’attendez pas d’être pris dans un mauvais film d’horreur, réservez une séance de planification financière gratuite d’une durée de 30 minutes dès maintenant.

Commencer maintenant

 


Andréa Pelletier est rédactrice chez Larouche Marque et communications, une agence de communication basée à Québec. 

Sources

1.  https://www.journaldemontreal.com/2021/02/22/sondage-le-barometre-des-plus-grandes-peurs-des-quebecois
2. https://www.conseiller.ca/nouvelles/industrie/un-quebecois-sur-deux-a-peur-de-devenir-pauvre/
3. https://www.finance-investissement.com/nouvelles/economie-et-recherche/seuls-45-des-quebecois-disposent-dun-plan-financier-recent/
4. https://pretsquebec.ca/credit/comment-evaluer-une-cote-de-credit/
5. https://www.finance-investissement.com/nouvelles/economie-et-recherche/les-quebecois-sont-pessimistes-face-a-leur-situation-fiscale/

19 octobre 2022