REER vs CELI : DES STRATÉGIES EFFICACES SUR LE PLAN FISCAL POUR CONSTITUER VOTRE PATRIMOINE

People watering tree

Pour de nombreux Canadiens, épargner pour d’importants objectifs de vie peut être ardu. Mais il n’est pas nécessaire qu’il en soit ainsi. Il existe des structures efficaces sur le plan fiscal afin de venir en aide aux Canadiens de tous les âges. Toutefois, trop peu d’entre nous en profitent. 

Les plus populaires sont les régimes enregistrés d’épargne-retraite (REER) et les comptes d’épargne libre d’impôt (CELI). Il s’agit de deux excellents outils et, lorsque vous connaissez leurs principales différences, vous pouvez utiliser un des deux ou les deux pour vous aider à constituer votre patrimoine de manière plus efficace.

Voici pourquoi : les Canadiens paient des impôts sur les revenus de placement et, bien que le relevé d’imposition varie en fonction de votre fourchette d’imposition et de s’il s’agit de revenus générés par des intérêts, des dividendes ou des gains en capital, les impôts entravent votre capacité à tirer profit du pouvoir de la capitalisation. Cela peut faire une différence de dizaines, voire de centaines de milliers de dollars dans vos poches tout au long de votre vie. 

Voici une liste des différences entre un REER et un CELI pour vous aider à faire le choix qui vous convient le mieux :

LORSQU’UN REER CONVIENT MIEUX QU’UN CELI

Cotiser à un REER réduit votre revenu imposable actuel

Investir dans un REER vous accorde une déduction fiscale immédiate. Plus votre fourchette d’imposition est élevée, plus l’avantage fiscal que vous recevrez grâce à votre cotisation sera important.

De plus, étant donné que les droits inutilisés de cotisation peuvent être reportés, vous avez la possibilité d’être stratégique et de cotiser davantage au cours des années où votre revenu est plus élevé et moins lorsque vous vous attendez à vous trouver dans une fourchette d’imposition inférieure. 

Il n’y a pas de déduction d’impôt lorsque vous cotisez à un CELI.

Les REER ont généralement des plafonds de cotisation plus élevés

Le plafond de cotisation pour les REER en 2020 est de 18 % du revenu gagné selon votre déclaration fiscale de l’année 2019 jusqu’à un maximum de 27 230 $.  Le plafond de cotisation pour les CELI pour l’année civile 2021 est de 6 000 $. 

Les REER peuvent être familiaux

Les REER de conjoint vous permettent de réduire les impôts à payer maintenant et dans le futur en divisant votre revenu entre vous et votre conjoint(e). 

Par exemple, si vous gagnez plus que votre conjoint(e) ou conjoint(e) de fait, vous pouvez cotiser à son régime jusqu’à votre limite autorisée dans le cadre d’un REER de conjoint. Vous obtenez les avantages des déductions fiscales plus élevées maintenant et, lorsque votre conjoint(e) retirera de l’argent du compte, il ou elle sera imposé selon son taux qui, espérons-le, sera inférieur au vôtre.  

Si vous avez un CELI, rien ne vous empêche de cotiser au compte de votre conjoint(e). Toutefois, cela n’apporte aucun avantage fiscal puisque les cotisations à un CELI sont faites avec des dollars après impôt.  

LORSQU’UN REER CONVIENT MIEUX QU’UN CELI

Les CELI offrent davantage de flexibilité

Les CELI peuvent être utilisés pour tous types d’objectifs d’épargne tandis que le REER est, en réalité, destiné à l’épargne-retraite. 

Voilà pourquoi vous pouvez retirer de l’argent de votre CELI en tout temps sans conséquence ni incidence fiscale. Et vous ne perdrez pas votre droit de cotisation lorsque vous le ferez.  

Bien qu’il n’y ait aucune conséquence si vous retirez de l’argent de votre REER à l’avance, vous serez imposé : chaque retrait est soumis à une retenue fiscale ainsi qu’à l’impôt sur le revenu, et pire encore, vos droits de cotisation seront définitivement perdus.  Il existe deux exceptions : vous pouvez emprunter de l’argent à votre REER sans payer d’impôt ni d’intérêt pour faire l’achat d’une première maison (Régime d’accession à la propriété) ou pour payer votre propre éducation (Régime d’encouragement à l’éducation permanente).

Les avantages fiscaux des CELI n’expirent pas 

Vous pouvez cotiser à un CELI tant que vous vivez et continuer d’augmenter votre patrimoine sans avoir à payer d’impôt. 

Les REER, quant à eux, prennent fin l’année de vos 71 ans puisque vous êtes obligé de les convertir en fonds enregistré de revenu de retraite (FERR) ou de souscrire à une rente. La plupart des gens convertissent leur REER en FERR et commencent à retirer un revenu régulier en fonction d’une formule. À ce moment, le report d’impôt pour cette partie prend fin et tout revenu retiré sera imposé selon votre taux marginal. 

Les retraits de CELI à la retraite n’ont pas d’incidence sur les prestations gouvernementales 

Ce n’est pas le cas de votre REER ou FERR. Le revenu que vous retirez de votre REER ou FERR à la retraite affecte vos prestations gouvernementales fondées sur l’étude du revenu, ce qui signifie que les prestations telles que la Sécurité de la vieillesse (SV), le Supplément de revenu garanti (SRG) et les paiements d’assurance-emploi peuvent être réduites. 


Bien que les REER et les CELI aient des avantages et des désavantages, j’aimerais terminer par la réflexion suivante : la plupart des gens ne peuvent prévoir avec certitude leur situation fiscale ainsi que les taux d’imposition et les lois du Canada dans 10, 20 ou 30 ans. C’est pourquoi si vous pouvez vous le permettre, utiliser les deux pour tirer profit du pouvoir de la capitalisation et faire fructifier votre argent vaut la peine.

Sur le mÊme sujet :

Vous voulez un moyen sûr d’atteindre vos objectifs financiers? Suivez cette règle

Les REER ou les CELI vous conviennent-ils? Discutez avec un conseiller de la Financière des avocates et avocats

Commencer

 


Par Saijal Patel, défenseure du bien-être financier et fondatrice de Saij Elle

24 février 2021